C'est aux coureurs de s'approprier le bracelet bleu

Découvrez les explications de Roger Legeay, président du MPCC, sur la création du bracelet bleu.

Pourquoi avoir créé ce bracelet ?

Roger Legeay : Quand on est fâché, on le dit. On le montre aussi. Et pour cela, un bracelet, c’est un excellent signe distinctif. Mais si certains patrons d’équipe sont en colère, on est bien conscient qu’ils ne sont pas les seuls. Ce bracelet, tout le monde peut avoir envie de le porter, mais d’abord les coureurs. C’est à eux de se l’approprier. Il vaut mieux que bien des discours ».

Le choix du bracelet, ce n’est pas anodin ?

Roger Legeay : Le bleu, c’est notre couleur depuis 2007, j’aime bien, c’est classieux. Le message inscrit dessus, c’est notre mot d’ordre, notre coup de gueule. J’espère que beaucoup de coureurs, jeunes et amateurs, s’identifieront à ce message comme Francis Mourey, dimanche dernier, qui a enfilé ce bracelet à son poignet avec son nouveau maillot de Champion de France de Cyclo-cross. Ses mots, au micro de Jean-René Godard, m’ont fait plaisir.

Plus il y aura de personne pour lutter contre le dopage, et mieux ce sera. Mais il n’est pas question pour nous d’opposer le bracelet bleu au bracelet jaune « Livestrong ». Bien-sûr on ne peut pas nier la référence, mais la lutte contre le cancer est une cause juste et louable. Pour moi, l’important, ce n’est pas la couleur ou l’objet, c’est d’une part le message et, d’autre part, ceux qui le portent.

Comment se procurer ce bracelet ?

Roger Legeay : La diffusion de ce bracelet va se faire progressivement. Nous avons fait fabriquer un premier tirage de 30 000 exemplaires. On en a distribué par centaines à toutes les équipes pros adhérentes du MPCC. Nous n’aurons surement pas les moyens logistiques pour répondre aux demandes individuelles, alors le plus simple, c’est de se regrouper pour nous adresser vos demandes. Expédier un seul bracelet, non ; mais un sachet de 100 bracelets, c’est surement possible. 

 

 

Francis Mourey : Le premier pro à porter ce bracelet

« C’est vrai que le dopage fait partie du cyclisme, fait partie du monde du sport. On parle beaucoup du dopage dans le vélo, car c’est un sport où l’on cherche le plus possible et il faut continuer dans ce sens-là pour éliminer les tricheurs. Et je suis très heureux de porter ce bracelet avec ce maillot tricolore ». (Propos recueillis par J-R. Godard (France-Télévisions, dimanche 13 janvier 2013 à Nommay.)