Les AUT en question

Les Autorisations à Usage Thérapeutique (AUT) ont fait débat ces derniers mois. Ce procédé, encadré par les règles de l’AMA, autorise un athlète blessé ou malade, sous certaines conditions, à utiliser un produit interdit pour se soigner. Une pratique qui donne lieu à des abus, que ce soit dans le cyclisme mais aussi et surtout dans d’autres sports où de grands débats ont porté sur ce sujet, notamment dans le rugby.

 

Au MPCC, « les AUT sont obligatoirement validées par le médecin responsable de l’équipe ». Leur utilisation s’avère très occasionnelle et concerne des cas médicaux bien particuliers, pour lesquels l’exception est nécessaire. Le Dr Maurizio Vicini, médecin de l’équipe Androni Giocattoli, témoigne : « Les AUT doivent être attribuées au bon moment, pour des raisons correctes et par un professionnel sérieux ». Le Dr Arthur Molique, de l’équipe Cofidis, ajoute : « Ce sont des problèmes médicaux très très pointus, pour lesquels il y a un collège de médecins référents qui est mis en place, avec un dossier qui doit être monté. Mais ça reste rare : je crois que dans notre équipe, en 3 ou 4 ans, on n’a jamais fait une seule AUT. »

 

 

Quand le traitement concerné est à base de cortisone, les choses sont très simples au sein du MPCC : « Tout coureur qui, du fait de son état de santé, nécessiterait un traitement de cortisone par voie générale, orale, rectale, intramusculaire ou intraveineuse se verra obligatoirement prescrire un arrêt de travail et de compétition de 8 jours minimum. Ces traitements de cortisone par voie générale comme rappelé ci-dessus seront obligatoirement validés par le médecin responsable de l’équipe. La reprise de compétition se fera sous réserve d’une vérification de cortisolémie normale. Les infiltrations de corticoïdes, qui ne requièrent pas d'AUT, seront obligatoirement validées par le médecin responsable de l'équipe, qui prescrira obligatoirement 8 jours minimum d'arrêt de travail et de compétition et un contrôle de cortisolémie. En cas de cortisolémie anormalement basse, la reprise de la compétition se fera après 8 jours de repos minimum supplémentaire et retour à la normale de la cortisolémie. »

 

Aujourd’hui, la question se pose de rendre publiques ou non les AUT attribuées aux coureurs. Outre les difficultés juridiques liées au secret médical, c’est selon le Dr Arthur Molique un « puits sans fonds » car cela ne résoudrait pas les problèmes de légitimité de ces attributions d’AUT. « Une ligne de conduite droite comme on a au MPCC », qui a fait le choix de responsabiliser les équipes sur ces sujets, permettrait de clarifier les règles du jeu.

 

Dans un communiqué publié en septembre 2016, le triple vainqueur du Tour de France Christopher Froome déclarait : « Il est clair que le système des AUT est ouvert aux abus (…) Je crois que c'est aux athlètes de prendre leurs responsabilités sur le sujet, en attendant qu'un protocole plus rigoureux soit mis en place. » Des propos qui font écho à ceux prononcés par les membres de notre mouvement : libre à lui d’adhérer au MPCC !